Royal Threesome (french)

Story by

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Ok everybody. I rewrited a old story that I lost since a while. But as I'm french, I write in french and I search someone to translate my stories, cause I have another whichi it's coming soon. So if somebody can do it, just tell me please, then I'll post it in english with the name of the translater :)


Quand le Roi n'est pas là, les lionnes se reposent. C'était comme un dicton qui s'était établi au fil du temps sur la terre des lions. Un seul Roi régnait en maitre sur ces terres et en assurait la protection. Protection appuyée par une ronde matinale quotidienne, et une carrure emblématique hérité d'une lignée royale, entretenue par des repas copieux assurés par des femelles nombreuses et en très bonne santé, à la croupe ferme. Mufasa pouvait être fier, il avait tout de quoi. Il avait hérité de gènes très bons et il avait ainsi une musculature naturelle rarement vue, il était pour ainsi dire très bien portant. Une bonne bedaine prouvait la grosseur des proies que chassaient ses femelles et ses puissantes pattes, tant antérieures que postérieures, démontrait une force certaine au combat, et une très bonne endurance pour les périodes de chaleurs, devant couvrir à lui seule pas moins de huit femelles.

D'ailleurs, non seulement il était un bon gros lion puissant, mais il était aussi très bien pourvu sexuellement. Il faisait systématiquement jouir ses lionnes à chaque pénétration, et elles lui rendaient bien. De plus, il était tellement bien fournit qui lui arrivait régulièrement de réclamer ses droits en dehors des périodes, ce qui ne déplaisait certainement pas à sa Reine et à ses sept surs. Il les honorait toutes sans exceptions, même si certaines avaient démontrer une libido plus poussées que d'autres, comme Sarabi et Sarafina. Toutes deux ne se lassaient pas d'imaginer des manières de satisfaire les besoins de leurs corps à tous trois. En dehors de l'homosexualité entre elles, pratiqué par toutes les lionnes du clan, elles ne rechignaient pas à prendre leur Roi dans leur orifice le plus serré, et Mufasa ne se privait pas de savourer ce privilège.

En ce beau matin ensoleillé, les deux surs les plus coquines échangeaient justement des propos sur leur mâle commun, alors que celui-ci était sur le retour de sa ronde, le soleil se faisant de plus en plus chaud. Il se doutait que les deux lionnes profitaient de la fraicheur de la grotte avant d'aller rejoindre leurs surs à l'étang, comme elles le faisaient parfois. Au fond, il espérait qu'il en était ainsi car déjà l'image de ces deux beautés félines entremêlées dans une position très sensuelle durcissait sa large et grosse gaine sous ses deux orbes qui roulaient à chacun de ses pas. Mais il n'en était pas tout à fait de cette façon. Si Sassy et Saffy étaient ensemble à échanger et se lécher le poil pour une petite toilette, elles n'étaient pas encore au point de se satisfaire l'entrecuisse. Même si elles s'impatientaient de plus en plus, elles se réservaient pour Muf'.

Lorsqu'elles entendirent le Roi remonter les rochers qui donnaient accès à la plateforme et la grotte, elles se mirent à glousser comme deux pouliches en chaleur, deux tourterelles roucoulant, ronronner comme les deux chattes brûlantes qu'elles étaient. Elles échangèrent d'ailleurs un rapide coup d'il pour se mettre d'accord et l'arrivée du Monarque dans la douceur de la grotte fut accueillie par deux croupes présentées, attendant une saillie en règle. Mufasa sourit en coin et se mit à ronronner fortement en s'approchant de ses deux trésors. Il s'assit derrière elles et leur palpa la croupe autoritairement.

Mufasa : J'osais espérer vous voir l'une sur l'autre, mais deux derrières pareil c'est tout aussi alléchant, fit-il amusé, se léchant les babines avec appétit.

Les queues des deux lionnes battaient dans l'air, impatientes d'être entretenues comme il se doit.

Sarabi : Nous t'attendions mon gros, répondit simplement une Reine amoureuse dont le regard passait entre les yeux du Roi et entre ses pattes qui exposaient un début d'érection.

Mufasa : Je n'en doute pas. Maintenant que je suis là, faites-moi plaisir, je vous le rendrais en plus fort.

Il cligna de l'il à l'attention des deux lionnes qui le regardaient par dessus leur épaule. Sitôt dit, sitôt fait. Un bref regard entre les deux félines et Saffy venait s'incliner devant le mâle en enfouissant son museau entre les pattes arrières, là d'où venait une odeur puissante et virile. En même temps, la Reine s'était redressée et avait fait le tour du corps imposant de son Souverain pour se frotter contre lui avec un plaisir non dissimulé, finissant son chemin en passant au dessus du corps de sa surs et son arrière train posté devant le museau gourmand de celui qui allait dévorer son sucre d'orge. Elle n'eu pas le temps d'abaisser sa poitrine au sol que Mufasa se chargea que lui relevait plus haut la queue avec son museau pour venir coller sa truffe sur sa fente bouillante et moite.

Pendant ce temps, Saf', qui avait fini de se délecter de l'odeur et du gout musqué du pénis qui venait d'arroser le territoire de son urine odorante, commençait à lécher les testicules, les faisant retomber sur elles-mêmes avant d'entamer une succion sur ce bout de viande rose qui sortait de ce fourreau épais qui concluait un trois pièces rond et bien rempli. Cette viande d'ailleurs commençait à prendre des proportions bien plus grandes sous l'effet de ses lèches bien placées, ces dernières s'ajoutant à l'odeur irrésistible des phéromones que dégageait l'orifice vaginal de la Reine qui était déjà couvert d'une large langue râpeuse, ouvrant d'avantage cette fleur. Sarabi laissait échapper des soupirs rauques trahissant son plaisir à sentir le souffle chaud du mâle sous sa queue et cette langue gouter à son nectar. Cependant, elle ne laissa pas sa chère sur en reste et s'appuyant habilement au sol sur ses pattes, elle plaça un doigt de patte sur la petit fente de Saffy qui gémissait alors de plaisir autour de la queue qui lui remplissait déjà la gueule au point d'étendre ses joues sous la circonférence.

Pas vraiment le cercle de la vie, le trio se trouvait dans un cercle de plaisir où chacun en donner à l'autre. Mufasa, en bon reproducteur, coulait de plaisir, son liquide séminal se faisant ingurgité au fur et à mesure qu'il sortait de sa pointe dans une gorge profonde gourmande. Saffy avait comme la plupart de ses surs pris l'habitude d'une telle longueur et il lui était devenu extrêmement facile et plaisant de recevoir un tel morceau dans son sophage qui se contractait, donnant d'avantage de sensation au mâle qui lui fournissait immanquablement de quoi se désaltérer. Par dessus son expertise en la matière, le ronronnement qu'elle faisait dessus suite à la chaleur agréable qui prenait possession de son corps augmentait la luxure du Monarque qui se régalait tout autant de son côté. Sarabi, de son côté, le postérieur ferme de sa sur dans lequel elle faisait tournoyer son doigt, se régalant de la vue et de l'odeur qui émanait dans l'air entre la sienne, celle de Saf' et celle de Muf' qui se mélangeaient parfaitement. Elle aussi gémissait de plaisir, et même si elle n'avait pas ce bâton dans le museau, elle ajoutait de quoi satisfaire l'ego du mâle qui lui bouffait la chatte avec entrain. Les caresses de cette langue sur sa partie la plus sensible la faisait mouiller abondamment, et le Roi lapait avec délectation ce jus délicat et enivrant.

De ce cercle de vices s'échappaient des grondements, des gémissements, des miaulements d'une émotion jouissive. Jouissance qui était proche et qui finirait simultanée. L'élément déclencheur était la manière de chacun à toucher l'autre. Que ce soit la langue d'une Sarafina qui coulissait sur toute la longueur de l'organe dans une fellation parfaite, celle de Muf' qui rentrait dans ce manchot douillet et chaleureux dans lequel il faisait passer la pointe sur le point le plus sensible, ou bien encore le doigt de Sassy profondément enfoncé dans l'intimité de Saffy et tournoyant, entrant, sortant, mouvant avec dextérité. Chacun de ces gestes fini par déclencher l'orgasme général, et alors que ce ne fut que la patte de la Reine qui se trouvait recouverte d'un flot continue de cyprine, ce fut une boisson exquise pour Mufasa qui buvait bruyamment ce liquide. Enfin, du côté du museau de Saf', ce fut un déluge de lait de lion qui s'abattait dans sa gorge et s'enfonçait directement dans son estomac. Cette dernière était en transe, jouissant sur le doigt de sa Reine tout en devant rester concentré sur l'épaisse crème que crachait son Roi. Si elle s'en sortit bien au début, elle ne put tenir plus longtemps et fini par manquer de s'étouffer sur cette tige, crachant les deux derniers jets de sperme fertiles par ses narines collées au bas ventre dont l'odeur la captivait toujours. Reculant son museau, elle finit par pomper les dernières gouttes dans son museau tout en respirant de nouveau alors qu'elle venait de faire un léger gâchis sur le pubis royal.

Mais Mufasa ne pouvait la blâmer, sous cette pipe menée à bon terme, il ne put toute recueillir de l'orgasme de sa Reine et quelques filets de cyprine s'écoulaient de son museau ou du vagin pour tomber sur le dos de Sarafina. Néanmoins, après avoir recouvré ses esprits, le grand lion ne laissa pas de temps à un quelconque répit. Il avait les boules pleines, et cette éjaculation ne suffisait pas à calmer ses ardeurs. Les deux surs s'en accommodaient très bien et Sarabi esquissa un sourire lorsqu'elle senti Muffy l'obligeait à avancer légèrement puis appuyer vigoureusement sur sa croupe en lui mordillant le bas du dos, l'obligeant à se mettre en lordose pour le laisser la monter. Saffy qui roula sur le côté, du blanc à la commissure des lèvres et sur les narines dont était sorti une partie de la semence, vit Mufasa s'avancer et imposer son bon vouloir sur la Reine qui se prêtait très bien au jeu, exposant sa minette au colosse qui s'introduisit sans difficulté grâce aux lubrifications naturelles, mais qui écarta nettement les chaires sous les yeux contemplatifs de Saffy qui se releva et vint s'allonger près du couple après s'être frotté à celui-ci, lançant un regard évocateur à ses deux compagnons de joie.

Elle s'affala au sol à moitié sur le flanc, les pattes arrières largement écartées exposant au mâle une vue imprenable sur son conduit reproducteur sur lequel elle fit glisser sur les contour un doigt alors qu'elle se pourlécha les babines devant sa sur qui voyait bien qu'elle récoltait les monceaux de sperme restés autour de sa gueule d'affamée. Mais Saf' n'avala pas, elle garda le tout sur sa langue et vint embrasser Sassy qui tendit son coup pour partager cette récolte dans un baiser mouiller, les langues tournoyant, les crocs s'entrechoquant avant qu'elle ne se décident à avaler chacune leur part sous les yeux d'un Mufasa dont l'intérêt était renouvelé alors qu'il envoyait déjà des coups profonds et rude au sein de sa Reine qui gémissait sous ses assauts, les testicules venant claquer contre son corps dans des clapotis obscènes. Les lèches sur sa nuque augmentaient son désir qui se consumait lentement en elle, ressentant les protubérances développées frotter contre ses parois avec insistance, lui mettant le derrière en feu. Sarafina recula de nouveau pour mieux se présenter à Mufasa, se touchant coquinement alors que les cuisses de sa surs remuaient aux coups de reins virils et bien placées, amenant la Reine à l'extase, cette dernière gardant la gueule ouverte à soupirer des supplications à son mâle qui n'avait pas besoin de l'écouter pour satisfaire ses volontés.

Saffy se contentait d'exciter le lion, ne s'enfonçant pas de doigt, se contentant de dessiner les pourtours sur lesquelles il gardait le yeux rivés. Puis, alors qu'il arrivait au point culminant, il la vit descendre son coussinet sur son deuxième orifice pendant qu'il mordillait l'oreille de Sarabi qui jouissait pleinement, dans des cris dévoilant ouvertement les contractions internes qui s'effectuaient en son ventre sous la félicité que lui procurait la sensation du membre palpitant. L'action de la lionne à leur côté ne fit qu'accélérer le torrent de crème que le Souverain déversa avec contentement dans la chatte de sa Reine, lui remplissant l'utérus, le col étant passé et stimulé depuis le début de ce coït.

Mufasa : Regarde ta salope de sur qui attend que je la prenne dans le cul. Je vais lui défoncer et après tu me suceras, vilaines. Qu'est-ce que t'en dit ?

Saffy ne dit rien mais Sassy, pris dans son tourbillon de bonheur, les pensées encore embrumées répondit aussi crument.

Sarabi : Ho oui Muffy, fait boiter cette salope qui aime l'avoir sous la queue ! Fais moi gouter à son cul sur ta grosse bite !

Elle n'eu le temps de finir sa phrase que Muffy sorti, lui causant le léger inconfort habituel tant ses excroissances péniennes étaient prononcées. Le sexe encore luisant de mouille et de sa semence, le gros lion se plaça sur Saffy sans lui laisser le temps de se retourner, et abaissa son arrière train comme pour une copulation normale, sauf qu'à la place d'un vagin glissant se trouvait cette fois un fondement étanche. Mais Sarafina était l'une des plus habituées à cette pratique annale, et même si elle boitait toujours après un tel acte, elle était devenue moins difficile à pénétrer par ce côté, gardant malgré tout son étroitesse, seule la douleur de l'intromission était moins brute. Moins douloureuse mais pas indolore non plus, elle émit un miaulement sec lorsque la queue de Muffy s'introduisit avec force en elle, la faisant siffler entre les crocs et gémir sous la puissance sexuelle qu'était son Roi. Ce dernier n'avait introduit que la moitié de son phallus que déjà sa circonférence avait agrandit la petite étoile rosâtre.

La Reine, placée de trois quart derrière eux voyait très bien l'élargissement de cette rondelle, la bite s'enfonçant peu à peu avant de reculer pour perforer encore plus loin les entrailles enflammées de Saf', tant par son envie d'être prise de la sorte que par la douleur initiale de cet échauffement de chaires entre cette viande épaisse et ses son conduit de sortie. Elle grogna légèrement au début mais poussait également sur cet arbre qui remontait son fondement. Dans l'étroitesse d'un tel endroit, et sous l'effet de montrer à sa Reine toute sa force masculine, Mufasa mouillait abondamment dans ce canal, facilitant d'avantage ses mouvements à l'intérieur en lubrifiant ce trou chaleureusement serré. Pour accroitre le côté soumis de la lionne, il lui mordilla le cou qu'elle lui offrait, se soustrayant à ses désirs primaires de domination totale. Enfin, son fourreau de poil atteignit la peau dénudée de l'anus, Sarafina criait de plaisir racontant à sa sur son ressentit que toutes deux connaissent très bien pour avoir été baisée par là. Sassy se léchait les babines avec un certain intérêt à voir cette sodomie juste devant elle, et elle encouragea son mâle en appuyant quelques fois sur sa croupe pour qu'il atteigne le fond de son rectum abusé.

Il n'y avait pas de doute, Mufasa était très productif. Outre son liquide pré-éjaculatoire qui avait déjà mis le tunnel dans un état aussi détrempé que la chatte de ses deux coquines, il allait sur son troisième déchargement. Il diminua le nombre de coups mis augmentant la vigueur qu'il mettait dans ses coups de bassin jusqu'à ce qu'il lève la tête et ouvrit la gueule dans des râles graves et puissants alors que le contenu de ses couilles s'enfonçaient dans les intestins de Sarafina qui se contracta de tout son corps sous l'emprise d'un ravissement intense, son bas ventre collé à celui du Roi, elle se délesta de son liquide délicieux, recouvrant leurs cuisses de cette orgasme pendant qu'une chaleur remplissait son ventre. Sarabi n'était pas restée inactive et suçait une boule après l'autre alors que celles-ci se contractaient encore par à coups. Sur le dos, elle tétait les noix royales alors que ses nasaux sentait le mélange des fluides entre les deux corps unis.

Une fois les jets terminés et les dernières palpitations rectales eurent cessées, Muf' se dégagea, faisant geindre par des plaintes lasses la femelle fraichement enculée. Le mâle fit un regard à sa Reine qui compris et pendant qu'il reculait pour s'allonger à moitié sur le flanc pour gouter à la fleure ruisselante de Saf' qui repartait de plus belle, il ouvrit largement ses pattes arrières en levant une dans les aires pour laisser accès à Sarabi qui s'empressa d'emprisonner ce pylône gouteux dans sa gueule, captant les mélanges, celui de son vagin, celui du cul de sa sur et enfin cette saveur onctueuse qu'était la laitance. Elle nettoya la totalité du pénis en le comprimant entre son palais et sa langue qui allait d'un bout à l'autre, engendrant un bien être exprimé par Muffy qui savourait les jouissances répétitives de Saf' en ronronnant la langue dans son utérus, lui titillant le col et l'intérieur du bassin en la faisant vibrer de l'intérieur. Il buvait par gorgées pendant que sa proie soupirait quasi-continuellement, son esprit manquant d'air lui faisant apparaître des flashs successifs dans sa vision, ses pattes plaquées au sol, griffant celui-ci comme pour se raccrocher à la réalité.

Muffy était dans une béatitude totale à aimer ses deux femelles pleinement. Il était d'ailleurs tellement bien et détendu, qu'il lâcha sans gêne un vent nettement audible pendant que sa Reine le pompait amoureusement, le nettoyage étant terminé. Les deux lionnes clairement habituées, ne réagirent pas à cela. Si à contrario des petits bruits indiscrets de leurs fesses, ceux-ci n'étaient pas causés par une sodomie, cet aspect était naturel et ne dérangeait en rien les femelles. Au contraire même, cela leur permettait parfois de deviner où était leur Roi, et il s'était établi avec la plupart d'entre elles un petit amusement, prenant le gros mâle comme un lionceau à qui ellesdevaient faire la toilette. Ainsi, la Reine, sans un regard envers Muffy qui était toujours concentré sur sa tâche linguale, vint respirer l'odeur épicée de la petite grotte sombre de Muffy alors qu'elle couvrait son scrotum de lèches langoureuses. Finalement, sa langue vint à l'encontre des plis bruns du Roi, qui causa un autre pet, humé à pleins poumons par Sarabi qui entama alors la toilette intime de son époux, lavant progressivement le trou de queue de Mufasa qui n'en faisait que gémir et soupirer d'avantage, cette caresse étant devenu comme son pêché mignon.

S'il ne léchait pas le second trou dans lequel ballotait son lait crémeux, son menton caressait tout de même la corolle alors que la pointe de sa langue passant le col de l'utérus pour causer un ultime cri orgasmique de la femelle qui fini par prendre une grande bouffée d'air, recouvrant ses idées et son corps qu'elle semblait avoir quitté un instant dans cette jouissance ininterrompue.De l'autre côté du corps massif, l'organe buccale de la Reine continua sa toilette en décrassant l'étoile de Muf' lui redonnant son aspect d'origine, se régalant vraiment du gout fort et bouffant avec une malicieuse allégresse la zone la plus intime du mâle. Si elle se léchait le sien et parfois celui de ses surs pour les préparer au passage de Mufasa, le trou du cul de ce dernier l'allumait bien d'avantage, la faisant saliver tant la saveur était relevée, masculine.

Une fois satisfaite du résultat, elle déposa un baiser sous la queue avant de lécher les testicules toujours aussi lourds. Elle cessa lorsque le lion ferma ses pattes postérieurs pour se redresser. La Reine s'empressa alors de s'accroupir de nouveau près du mâle, levant sa queue de côté de sorte à recevoir son mâle dans le mauvais trou. Mufasa sourit d'un air entendu et laissant le temps à Sarafina de redescendre sur terre, il s'installa de nouveau dessus sa lionne pour chercher cette fois le trou le plus haut avec sa pointe, qui titilla les plissements annaux jusqu'à réussir à viser parfaitement droit face au puits sans fond. La cible atteinte, sa fierté de mâle s'immisça dans les profondeurs de la caverne serrée. Ce fut naturellement au tour de la Reine à serrer les crocs et à pousser sur ses sphincters pour facilité le passage du monstrueux morceau rouge et dressé droit. C'était une particularité de quelques de ses lionnes à accepter cette alternative et à en jouir pleinement. Bien entendu, Mufasa restait un mâle et une chatte suintante restait son met préféré, notamment durant les chaleurs, l'odeur s'émanant de cette antre le rendant bestial. Mais il était indéniable que cette pratique était toute aussi jouissive, différente mais intense, surtout quand celle qu'il enculait pratiquait des contractions bien placées, l'amenant inévitablement au largage. La Reine, tout comme Sarafina, était de celles qui avait appris à réaliser ces contractions musculaires, et la Sarabi usait de cet atout alors que son Roi n'avait pas fini de rentrer la totalité de sa bite grasse. Ce ne fut pas long d'être le cas suite à l'écoulement continu du pré-sperme.

De son côté, Sarafina ronronnait en reprenant ses moyens, et regardant d'un air sensuel Mufasa qui lui mordilla la patte en l'air pour plaisanter, et pour supporter la pression autour de son membre afin de ne pas éjaculer immédiatement. Une fois bien ancré dans sa Reine, il se mit à lécher les coussinets de Saffy qui savourait l'instant. Mais en bonne chatte insatiable, elle n'en avait pas assez. Si sa sur allait se faire remplir un deuxième trou, elle était déjà impatiente de sentir ce jus dans le dernier qui n'avait pas encore été empli. D'ailleurs, sous les coups de reins qu'encaissait la lionne montée, elle sentait le liquide se mouvoir en elle. Elle allait en recevoir cette fois de l'autre côté et déjà elle en mouillait sur les couilles qui cognaient contre ses lèvres, remuant son derrière sur cette colonne qui lui élargissait et lui ramonait en profondeur le petit conduit. Totalement éprise de cette sensation, elle frottait sa tête sur le cou et le menton de Mufasa qui ronronnait profondément en soupirant un souffle chaud sur elle alors qu'il massait d'une patte le vagin de Saf' qui se dandinait sous cette caresse délicate.

Mufasa : Sur tes pattes ! Lança-t-il d'un ton autoritaire à l'encontre de Saf', ne perturba en rien Sarabi qui continuait de bouger sous les assauts du mâle, la faisant planer sur un nuage de luxure.

La lionne s'exécuta avec enthousiasme et garda sa croupe en l'air en posant sa poitrine au sol et elle senti alors l'épaisseur d'un doigt rentrer dans sa cavité avec ardeur et en dépit de sa courte longueur, Mufasa connaissait parfaitement ses points sensibles et tournoyait son doigt avec ardeur pour frotter les endroits stratégiques. Loin d'être au summum de ses compétences de meneur d'orgasme, Mufasa était sans aucun doute un expert en amour, pouvant faire jouir plusieurs lionnes en même temps. Justement ce qu'il faisait avec sa Reine et Saf, son sexe, son doigt, et il les amenait vers le septième ciel tout en s'approchant du même sommet d'exaltation, s'occupant des lionnes avec ferveur. Les mouvements gagnaient en vivacité et bientôt la Reine feula en éclaboussant pour la deuxième fois ces ballons qui tapotaient avec passion son entrecuisse ouvert. Au bout de la patte antérieur de Mufasa il en était de même et Saffy arrosa de sa cyprine la fourrure, le doigt appuyant sur son point G. Évidemment, sous la tension exercée par Sassy qui continuait de se lâcher sur lui, le grand mâle cracha un nouveau torrent qui ne mit pas longtemps à inonder le fondement d'où s'échappait un bruit de friction humide et salace. Les grondements s'élevèrent dans la grotte et finirent par s'atténuer progressivement alors que chacun reprenait son souffle. Muffy alterna ses lèches sur la tête de la Reine et les hanches de Sarafina.